«Tu ne bétonneras point»

31.05.2022

Line

Le vent a tourné. Du jour au lendemain, les architectes se sont mis au vert. La construction en bois devient une méga-tendance, le béton et l'acier sont discrédités à cause du problème du CO₂. Le critique d'architecture et chroniqueur Benedikt Loderer établit dix commandements pour la nouvelle architecture et explique pourquoi il faut aujourd'hui renoncer au béton. Vous découvrirez ici pourquoi nous partageons l'avis de M. Loderer.

Vous trouverez l'intégralité de la chronique architecturale de Benedikt Loderer dans la Berner Zeitung et dans d'autres journaux. Nous montrons ici pourquoi nous sommes tellement d'accord avec le 3e commandement de Benedikt Loderer. L'acier et le béton sont les matériaux de construction dominants - et ils sont très gourmands en CO₂ . Les cimenteries en Suisse sont à elles seules responsables d'un peu plus de 6 pour cent des émissions nationales de CO₂. Cela fait du secteur de la construction dans son ensemble un pollueur du climat. Le secteur du béton a reconnu le problème et s'efforce de réduire la part de clinker conventionnel dans le ciment. Les possibilités pour y parvenir sont toutefois limitées : Il reste toujours les émissions de processus qui se produisent lors de la cuisson du calcaire. Seules des méthodes de «capture du carbone» complexes et coûteuses, dans lesquelles le CO₂ doit être capté directement au niveau de la haute cheminée, pourront à l'avenir réduire les émissions de CO₂ de la production de ciment.

CO2-Emissionen Schweizer Zementwerke

Au cours des 20 dernières années, les émissions de CO₂ des cimenteries suisses se sont maintenues à un niveau constamment élevé, avec un peu plus de 2,5 millions de tonnes de CO₂ par an. 


Il en va tout autrement de la construction en bois : Grâce à la photosynthèse, un arbre stocke jusqu'à vingt tonnes de CO₂ dans ses branches, son tronc et son système racinaire pendant sa croissance. Cela correspond environ aux émissions de CO₂ de 150'000 kilomètres de voiture. La forêt suisse soulage ainsi notre air de dix millions de tonnes de CO₂ par an. La question est de savoir si nous pouvons également utiliser ce CO₂. En effet, lorsqu'un arbre est brûlé ou se décompose, la même quantité est à nouveau libérée. L'objectif est de stocker le carbone au-delà du cycle de vie d'un arbre. C'est précisément pour cela que Timbatec s'engage depuis plus de vingt ans. Utilisé dans les structures porteuses des bâtiments, le CO₂ reste piégé dans le bois mis en œuvre. Les bâtiments en bois, en tant que réservoirs de CO₂, apportent ainsi une contribution importante à la protection du climat, car un mètre cube de bois de construction stocke environ une tonne de CO₂. Ce stockage de carbone est aujourd'hui reconnu. 


Publication des nouveaux chiffres de la KBOB

Les listes actualisées et élargies de la KBOB 'Données d'écobilan dans le domaine de la construction' sont publiées depuis fin avril. Vous trouverez des informations détaillées sur ces listes sur le site Internet de la KBOB ou de Lignum


Comme la version précédente, les nouvelles données de la KBOB représentent les points d'impact sur l'environnement, l'énergie primaire et les émissions de gaz à effet de serre. Des corrections ont été apportées dans différents domaines afin de rapprocher les valeurs théoriques de la réalité. Le bois lamellé-croisé et les autres produits en bois sont environ 25% mieux placés dans les critères mentionnés que dans les données précédentes. D'un autre côté, les produits en béton sont aujourd'hui classés de manière nettement plus nocive pour l'environnement. Le béton de construction (sans armature) était chiffré à 94,3 points de charge environnementale dans les anciennes bases de données, contre 154,0 points désormais. Cela représente une augmentation d'environ 50%. 


Principales nouveautés du stockage du carbone 

Le discours politique s'est déplacé des émissions de CO₂ au stockage de CO₂. Désormais, le carbone biogène (en kg C) contenu dans les matériaux et éléments de construction est donc également mentionné - c'est-à-dire le CO₂ qui est absorbé par les plantes et qui reste stocké dans le bâtiment en tant que matériau de construction pendant toute la durée d'utilisation. Cette donnée était jusqu'à présent occultée dans les règles de calcul de la KBOB ; désormais, selon la KBOB, chaque kilo de bois massif de construction mis en œuvre peut être assimilé à un stockage de carbone de 0,45 kg.


Contre-projet indirect à l'initiative sur les glaciers au Conseil national

L'année dernière, les électeurs ont rejeté de justesse la loi sur le CO₂. Depuis, des solutions sont recherchées à tous les niveaux politiques pour endiguer le réchauffement climatique. Au début du mois, le Conseil fédéral a approuvé la révision de l'ordonnance sur le CO₂. Elle permet d'éviter une lacune réglementaire jusqu'à l'entrée en vigueur de la loi sur le CO₂ totalement révisée à partir de 2025. Désormais, les projets de protection du climat dans lesquels le CO₂ est séquestré durablement dans des réservoirs biologiques ou géologiques sont également autorisés. Ainsi, il est désormais possible de valoriser la capacité de puits de carbone de la forêt. Pour en savoir plus sur Forêt Suisse. 


Fin avril, la Commission de l'environnement du Conseil national s'est clairement prononcée en faveur d'un contre-projet indirect efficace à l'initiative sur les glaciers. L'objectif de zéro émission nette de gaz à effet de serre d'ici 2050 doit devenir une loi, concrétisée par des objectifs intermédiaires et des valeurs indicatives sectorielles. Avec ce contre-projet indirect à l'Initiative des glaciers, la commission souhaite ancrer le plus rapidement possible dans le droit suisse un objectif climatique efficace. Les secteurs du bâtiment et des transports ne doivent plus du tout émettre de CO₂ d'ici 2050, l'industrie doit réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 90% d'ici 2050. La seule façon d'atteindre cet objectif ambitieux est de renoncer à l'avenir à l'acier, au béton et à la brique dans la construction.

 
 
 

Suisse:

Bureau de Delémont 

Timbatec ingénieurs bois SA

Avenue de la Gare 49, 2800 Delémont  

Tel: +41 58 255 15 40  

delemont@timbatec.ch


Bureau de Berne 

Timbatec ingénieurs bois SA 

Falkenplatz 1, 3012 Berne 

Tel: +41 58 255 15 30

bern@timbatec.ch


Bureau de Thoune

Timbatec ingénieurs bois SA

Niesenstrasse 1, 3600 Thoune

Tel: +41 58 255 15 10

thun@timbatec.ch


Bureau de Zurich

Timbatec ingénieurs bois SA

Ausstellungsstrasse 36, 8005 Zurich

Tel: +41 58 255 15 20

zuerich@timbatec.ch



Autriche:

Bureau Vienne (A) 

Timbatec ingénieurs bois GmbH 

Im Werd 6/31a, 1020 Vienne
Tel: +43 720 2733 01

wien@timbatec.at


Impressum



Suivez-nous sur les médias sociaux :