Achèvement des travaux de construction d'un passage pour animaux sauvages

27.05.2021

Line

Pendant plusieurs nuits, les charpentiers ont assemblé les poutres en bois de 17,5 mètres de long, 1,24 mètre de haut et 8 tonnes. À l'avenir, des cerfs, des renards et des petits mammifères traverseront le nouveau pont pour animaux sauvages près de Neuenkirch. C'est bon pour l'environnement à bien des égards. Parce que le pont pour animaux sauvages est un véritable réservoir de CO₂.

A Neuenkirch, l'Office fédéral des routes (OFROU) construit déjà le deuxième pont pour animaux sauvages avec une couverture en bois après le pont pour animaux sauvages de Rynetel. C'est logique car : «Construire en bois est dans l'air du temps», déclare Franz Koch, chef de projet de l'OFROU (agence de Zofingue) dans une interview accordée à la Neue Luzerner Zeitung. «De cette manière, plusieurs tonnes de CO₂ peuvent être stockées.» 


Le passage à faune du canton de Lucerne a une largeur de 50 mètres et une longueur d'environ 36 mètres. La hauteur libre est de 4,80 mètres. Environ 2500 mètres cubes, principalement du bois d'épicéa de l'Entlebuch, sont utilisés à cette fin. Le fait que le bois ait été abattu dans les forêts environnantes et transformé dans des entreprises régionales est un avantage pour l'économie locale. L'environnement est également apprécié. Car d'un point de vue écologique, le bois local est nettement plus avantageux que le bois provenant de l'étranger.

Montagearbeit in Neuenkirch

L'abandon de l'acier et du béton dans la construction de bâtiments et d'infrastructures constitue une contribution importante à la protection du climat. Après tout, un mètre cube de béton armé est responsable de près de 500 kg d'émissions de CO₂. Le bois, quant à lui, stocke environ une tonne de gaz à effet de serre par mètre cube grâce à la photosynthèse.


Bien entendu, la production, le transport et l'élimination du bois lamellé-collé produisent également des émissions de CO₂ : Un mètre cube de bois lamellé-collé pour l'extérieur, fabriqué à partir de bois suisse, émet 190 kg de CO₂. Si le bois provient de Hongrie et est transformé en Autriche, il faut s'attendre à des émissions de 442 kg de CO₂. Toutefois, la solution du bois lamellé-croisé est meilleure que le béton armé - quelle que soit l'origine du bois. Au final, 810 kg ou 558 kg de gaz à effet de serre sont stockés par mètre cube de lamellé-collé utilisé - le béton armé émet 434 kg de CO₂. La différence d'émission entre le béton armé et le lamellé-collé de Suisse est de 1244 CO₂ par mètre cube.

Grafik CO2-Emissionen

Après déduction des émissions liées au transport et à l'élimination, les 2 500 mètres cubes de bois d'épicéa utilisés dans la construction stockent une quantité nette de plus de 2 000 tonnes de CO₂. Si le toit avait été bétonné au-dessus de l'autoroute, sa production aurait pollué l'environnement avec plusieurs centaines de tonnes de gaz à effet de serre. 


Un passage à faune en béton de taille similaire est en cours de construction à Langnau, près de Reiden. Cela permettra de comparer l'entretien et la durabilité des matériaux.

 
 
 

Suisse:

Bureau de Delémont 

Timbatec ingénieurs bois SA

Avenue de la Gare 49, 2800 Delémont  

Tel: +41 58 255 15 40  

delemont@timbatec.ch


Bureau de Berne 

Timbatec ingénieurs bois SA 

Falkenplatz 1, 3012 Berne 

Tel: +41 58 255 15 30

bern@timbatec.ch


Bureau de Thoune

Timbatec ingénieurs bois SA

Niesenstrasse 1, 3600 Thoune

Tel: +41 58 255 15 10

thun@timbatec.ch


Bureau de Zurich

Timbatec ingénieurs bois SA

Ausstellungsstrasse 36, 8005 Zurich

Tel: +41 58 255 15 20

zuerich@timbatec.ch



Autriche:

Bureau Vienne (A) 

Timbatec ingénieurs bois GmbH 

Im Werd 6/31a, 1020 Vienne
Tel: +43 720 2733 01

wien@timbatec.at


Impressum



Suivez-nous sur les médias sociaux :